simulegal_illu_article

La procédure d’indemnisation en cas de préjudice causé par un service public 

Accueil 9 Justice et procédures 9 La procédure d’indemnisation en cas de préjudice causé par un service public
  • 8 minutes de lecture
  • Mise à jour le 12 février 2024

Des questions sur la procédure d’indemnisation en cas de préjudice causé par un service public ?  Découvez toutes les informations et conseils de Simulegal dans cet article.

L’indemnisation en cas de préjudice subi par le service public est un domaine crucial du droit qui vise à équilibrer les intérêts des citoyens et les obligations des organismes et des entités du service public.

Au cœur de cette question se trouve la nécessité de réparer les dommages subis par les individus en raison d’actions ou d’omissions du service public, tout en maintenant l’intégrité et l’efficacité de ceux-ci.

Nous verrons dans cet article comment appréhender la procédure d’indemnisation en cas de préjudice subi par un service public.

L’imputabilité à un service public 

Avant tout, il est impératif d’établir un lien direct et certain entre le préjudice subi et une activité d’un service public. Si ce lien n’est pas clairement établi, la procédure spécifique d’indemnisation administrative ne pourra pas s’appliquer.

Il ne suffit pas de subir un dommage pour prétendre à une indemnisation. Encore faut-il établir que ce dommage est la conséquence directe de l’acte ou de l’omission d’une entité administrative.

La nature du service public

En droit administratif français, les services publics sont généralement catégorisés soit comme administratifs (SPA), soit comme industriels et commerciaux (SPIC).

Cette distinction, issue de la jurisprudence, a des implications profondes sur le type de responsabilité engagée et sur le régime juridique applicable.

Par exemple, le régime de responsabilité applicable, les délais de prescription, les recours possibles et même les modalités d’indemnisation peuvent varier selon la nature du service.

Ici, les services publics administratifs relèvent du droit administratif, tandis que les services publics industriels et commerciaux peuvent parfois s’apparenter au régime de responsabilité de droit privé.

La caractérisation du préjudice 

Le préjudice peut être :

  • Matériel : il s’agit de dommages tangibles et quantifiables. Les exemples courants incluent :

Les pertes ou détérioration de biens : cela se produit lorsque des biens matériels, tels que des véhicules, des biens immobiliers, des équipements, ou des objets personnels, sont endommagés ou volés.

Les frais médicaux : lorsqu’une personne subit des blessures ou des problèmes de santé nécessitant une intervention médicale, les frais engagés pour les soins médicaux et les traitements sont considérés comme un préjudice matériel.

Les pertes de revenus : si une personne subit une blessure ou une incapacité qui l’empêche de travailler, entraînant ainsi une perte de salaire ou de revenus, cela constitue également un préjudice matériel.

  • Corporel : il concerne les atteintes à l’intégrité physique de la personne. Cela couvre :

Les blessures : Les blessures résultant d’accidents, d’agressions, de négligences médicales, ou d’autres circonstances similaires sont considérées comme un préjudice corporel.

Les handicaps : Si une personne subit des dommages physiques permanents qui limitent ses capacités physiques, cela est considéré comme un préjudice corporel.

Les atteintes à la santé : Tout impact sur la santé d’une personne, tel que des maladies graves ou des problèmes de santé chroniques, causés par des actes ou des omissions, peut également être qualifié de préjudice corporel.

  • Moral : plus délicat à quantifier, il se rapporte :

Aux souffrances psychologiques ou émotionnelles : les traumatismes mentaux résultant d’événements tels que des accidents graves, des agressions, ou des pertes affectives peuvent être considérés comme un préjudice moral.

À la perte d’un être cher : Le deuil et la douleur émotionnelle causés par la perte d’un proche sont des exemples de préjudice moral.

À la diffamation et atteinte à la réputation : lorsqu’une personne subit des dommages à sa réputation, sa dignité, ou son bien-être émotionnel en raison de déclarations diffamatoires ou d’actions nuisibles d’autrui, cela constitue un préjudice moral.

La présence de preuves objectives est cruciale. Qu’il s’agisse de factures, de certificats médicaux, de témoignages ou d’autres documents, ces éléments renforcent considérablement la crédibilité du dossier.

Le préjudice doit être à la fois direct (sans intermédiaires) et certain. Les dommages hypothétiques ou indirects sont généralement exclus.

La nature de la faute

La distinction entre faute simple et faute lourde est cruciale:

  • La faute lourde se caractérise par une erreur manifestement grave, une négligence extrême, voire un acte délibéré. Elle est généralement reconnue lorsque le service public agit avec un niveau d’incompétence ou d’indifférence qui dépasse de manière flagrante les normes acceptables de diligence et de professionnalisme. En d’autres termes, il s’agit d’une faute particulièrement grave commise par le service public, allant au-delà de simples erreurs ou négligences.

 

  • La faute simple en revanche, se réfère à une erreur ou une négligence qui, bien que ne relevant pas nécessairement d’une gravité extrême, a tout de même causé un préjudice. C’est un manquement aux obligations normales d’un service public. Cette faute est moins sévère que la faute lourde, mais elle reste une violation des devoirs et responsabilités qui incombent au service public dans l’exercice de ses fonctions.
La spécificité de la responsabilité sans faute

La responsabilité sans faute fait référence à des situations où un service public est tenu de réparer un préjudice, même en l’absence de toute faute avérée de sa part. Le point central ici n’est pas de déterminer si le service public a commis une faute ou non, mais plutôt d’établir un lien causal entre l’activité du service public et le dommage subi par la victime.

En d’autres termes, la responsabilité sans faute se concentre sur la question de savoir si l’action ou l’omission du service public a directement contribué au préjudice subi par la personne lésée, sans nécessairement évaluer la gravité de la faute.

La conciliation ou la médiation

Avant de se lancer dans une procédure contentieuse, une tentative de résolution amiable est souvent recommandée. Elle peut aboutir à un règlement rapide et satisfaisant pour les deux parties.
Si toutefois la résolution amiable n’aboutit pas, il faudra alors se poser la question de l’action en justice.

En fin de compte, la procédure d’indemnisation vise à garantir que les victimes de préjudices causés par des services publics reçoivent une compensation équitable pour les pertes qu’elles ont subies. Elle repose sur des principes de justice, de réparation et de responsabilité publique, contribuant ainsi à maintenir la confiance du public dans le fonctionnement des institutions publiques. Il est essentiel que cette procédure soit gérée de manière équitable et transparente pour garantir que les droits des citoyens soient préservés et que les services publics répondent à leurs obligations de manière responsable.

Les conseils pour une demande d’indemnisation 

– Identification du préjudice : Déterminez la nature du préjudice subi (matériel, moral, physique) et évaluez son étendue.

– Recherche de responsabilité : Identifiez le service public ou l’entité responsable du préjudice. La responsabilité peut être engagée en cas de faute prouvée du service public en lien direct avec le préjudice.

– Délai de prescription : Notez que vous disposez d’un délai de 4 ans à compter du premier jour de l’année suivant celle au cours de laquelle le fait générateur du dommage s’est produit pour engager une action en responsabilité contre l’État.

– Rassembler les preuves : Compilez tous les documents et preuves attestant du préjudice et de son lien avec l’action ou l’inaction du service public (documents médicaux, factures, témoignages, etc.).

– Demande préalable : Avant de saisir la justice, une demande préalable d’indemnisation peut être nécessaire. Cette étape implique de rédiger une lettre adressée à l’administration responsable en exposant le préjudice subi et en demandant une indemnisation.

–  Saisie de la juridiction compétente : Si la réponse à la demande préalable est insatisfaisante ou en absence de réponse, vous pouvez saisir le tribunal compétent. Pour les affaires civiles et pénales impliquant la responsabilité de l’État, c’est le Tribunal Judiciaire qui est compétent​.

Comment Simulegal sélectionne votre avocat ?

Une mise en relation personnalisée

À l’aide des informations que vous fournissez dans le formulaire en haut de page, nous sommes en mesure de comprendre exactement votre situation, votre besoin et le profil d’avocat qui vous correspond.

Ainsi, 24h après nous avoir soumis votre demande via le formulaire, nous vous enverrons un ou plusieurs profils d’avocats parmi notre annuaire interne, tous intéressés par votre dossier et sélectionnés en fonction de leurs compétences, de leurs localisations et de vos exigences.

Vous pourrez alors faire votre demande de rendez-vous sur leurs formulaires de contact.

Nos critères de sélection

L’expertise

Chaque avocat que nous vous proposons est spécialisé sur votre problème juridique et familier de votre situation. Afin de garantir de cette spécialisation, chaque avocat n’a le droit de se référencer que sur un nombre limité de spécialité sur notre grille de 687 sous-spécialités.

L’aide juridictionnelle

Ce dispositif mis en œuvre par l’Etat permet, sous certaines conditions de ressources, de faire prendre en charge les honoraires de votre avocat par l’Etat. Il s’agit d’un système avantageux qu’il ne faut pas hésiter à utiliser. En fonction de si vous pouvez et désirez bénéficier de cette aide, nous vous mettrons en contact avec les bons avocats.

La ville

Nous essayons de privilégier les profils d’avocats les plus proche de chez vous. La possibilité de rencontrer directement l’avocat sera notamment déterminante si par exemple vous vous lancez dans une procédure contentieuse longue.

La langue

En fonction de votre situation ou de votre demande, il est possible que vous ayez besoin d’un avocat qui parle une autre langue que le français, auquel cas, les profils des avocats proposés seront sélectionnés en fonction de ce filtre.