Le consentement représente une forme d‘accord ou d’acceptation d’une partie menant à la création d’un acte ou lien juridique avec une autre personne (ou plus).

Pour que le consentement soit valable, il doit être libre et éclairé. En matière médicale, le consentement libre et éclairé provient d’un patient qui a obtenu des informations claires et adaptées à son âge et sa situation. Il consent en étant libre de toute pression ou contrainte et après avoir pris conscience des autres alternatives thérapeutiques envisageables.

Selon le domaine du droit, ce consentement peut être exprès (explicite) ou tacite (déduit, insinué). Une fausse représentation de la réalité ou un malentendu entre les attentes d’une partie et celles d’une autre peut donner lieu à une erreur, soit un vice de consentement. Il en est de même pour le dol, et la violence.